14/11/2008 09:58

Blocage du JDD: Lagardère demande 650.000 euros à la CGT

Hachette Filipacchi Associés (groupe Lagardère Active) a assigné le Syndicat général du Livre et de la communication écrite (SGLCE-CGT) au civil pour demander réparation après le blocage fin octobre de la parution du Journal du Dimanche par des ouvriers du Livre, a-t-on appris de sources concordantes.

Le SGLCE-CGT, qui représente des ouvriers du Livre, indique dans un communiqué qu'Hachette Filipacchi Associés (Lagardère Active) l'a assigné devant le tribunal de grande instance de Paris le 25 novembre à 14H00. HFA réclame "684.728 euros au titre de dommages et intérêts", selon le syndicat. Celui-ci dénonce une "remise en cause du droit constitutionnel à la grève" et une tentative de "criminaliser l'action syndicale".

Interrogé par l'AFP, Lagardère Active a confirmé qu'HFA demandait "réparation au civil du préjudice économique et d'image qu'elle a subi". Le groupe affirme que des ouvriers du Livre ont occupé "illicitement" l'imprimerie dans laquelle est imprimé le Journal du Dimanche dans la nuit du 25 au 26 octobre et ont fait"obstruction" au chargement des journaux imprimés et destinés à être diffusés en Ile-de-France.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COMA Tina
15/novembre/2008 - 08h35

;) c'est pourtant vrai ...

Portrait de Bennat
15/novembre/2008 - 00h13

J'espère que ces connards de syndicalistes vont payer cher pour toutes leurs conneries.
Il faudrait aux associations d'usagers du train de les assigner aussi pour toutes les fois où les trains de nous, petites gens, sont supprimés.

Portrait de jonas25
14/novembre/2008 - 22h37

Grève de nantis, CGT et syndicat du livre rétrigrade
T'as raison Lagardère fait les cracher

Portrait de Taewotaye
14/novembre/2008 - 19h01

Et si tu nous montrais a quoi ressemble une tête de travailleur!

Portrait de stromboli
14/novembre/2008 - 18h06

les piquets de grève sont interdits. C'est un abus du droit de grève surtout quand on sait que :

LE POINT PAGE 28
LE CHIFFRE
200 000 EUROS
C'est le chèque que feront les NMPP aux ouvriers du livre CGT de 56 ans et plus, désireux de partir en préretraite.
La direction des NMPP souhaite ainsi fermer le centre de traitement de Combs la Ville dont une partie du personnel sera reclassée.
Les NMPP ont provisionné au total 62 millions d'euros.
Bien que généreux, ce plan a provoqué, lundi matin, le blocage par le livre CGT de l'accès au siège de Lagardère Active, l'opérateur des NMPP
Le site de Combs la ville emploie 300 personnes

Portrait de bren
14/novembre/2008 - 16h29

Si les syndicats pouvaient enfin comprendre que le blocage ne sert à rien sauf à décrédibiliser les syndicats eux-mêmes.

Portrait de Taewotaye
14/novembre/2008 - 15h30

Peut être que la phrase "...le droit de faire"peut être mal interprétée !Je ne voulais pas dire que nous avons le droit de faire grève,ce qui est une évidence pour le moment,mais que le fait de faire grève ne voulait pas dire ne rien faire!
Sachez que je "combats",amicalement,la CGT tout les jours,car nous avons une vision différente de la défense des salariés,un mode de fonctionnement interne différent!Il m'arrive de déplorer les "débordements" syndicaux mais jamais de les condamner,a tort peut être!
Je profite de ce topic pour vous encourager a voter "SUD Solidaires" lors des élections du 04/12.;) ;)

Portrait de KSHA
14/novembre/2008 - 15h06

Et l'affaire du délit d'initié à EADS du "frère" du Roi en est où?

J'ose esperer que la justice ne daignera même pas ouvrir ce dossier abusif, histoire d'au moins se faire pardonner de ne pas avoir justement condamné Mr Lagardère.

Portrait de LaCrise
14/novembre/2008 - 14h43


Je suis sur que personne ne remet en cause ce principe. Le syndicat du livre a tout de même quelques pratiques qui dépassent la simple expression d'un mal être ou d'une revendication. Le dire ne remet en cause ni le droit de grève ni la légitimité de la CGT.
Par contre de là à faire un procès général contre une organisation syndicale dans son ensemble ...

Portrait de dan 35
14/novembre/2008 - 14h42

le jour ou il n'y aura plus de syndicat ( et ils ne sont pas parfaits ) nous reviendrons au 19 siècle voire a la royauté ou les individus étaient traités et considérés comme du bétail : le reve des patrons aujourdhui , pour faire encore plus de profit . quand on voit la regression sociale actuelle alors que nous n'en sommes qu'au début de la crise ,je pense qu'il va falloir etre très vigilant pour ne pas se faire avaler tout cru par le patronat et surtout les grands groupes pour qui l 'individu n'est qu'un numéro:mrgreen: ;)

Portrait de bonbeck
14/novembre/2008 - 13h44

grâce à eux, certaines dérives sont évitées dans les entreprises ....!!!

Portrait de bonbeck
14/novembre/2008 - 13h43

+ 5 !;)

Portrait de Taewotaye
14/novembre/2008 - 12h09

Votre passion de la vérité romancée vous fait perdre le sens de la réalité!
Où avez vous lu que je prône la violence sur ce blog en tout cas?Je réagissais seulement a votre post et a votre vision de la grève en général!
Vos rêves sont les miens mais nous n'avons pas la même vision des brutes!

Portrait de Tolosa92
14/novembre/2008 - 11h08

Une fois de plus la force veut s'imposer à la raison ! Certes dans grêve il y a rêve, mais la CGT du Livre a la fâcheuse habitude de jouer de l'intimidation et de l'occupation illicite, alors qu'elle a obtenu nombre de concessions favorables ces dernières années. A pousser le bouchon trop loin, elle finit par se ridiculiser, se marginaliser et surtout ne pas mener le combat approprié pour ses adhérents.
Le patronat de l'édition n'a pas toujours eu les cuisses propres dans le passé. Mais il a petit à petit intégré une donne sociale plus conséquente, et s'est fait force de proposition pour trouver des équilibres sociaux de qualité.
Je ne crois pas qu'on puisse lui jeter la pierre dans cette instruction en justice, car les concessions faîtes depuis plusieurs années ne peuvent justifier le recours toujours et encore au coup de poing musclé, sauf à soutenir sans état d'âme un combat révolutionnaire, ce qui est une autre histoire ...

Portrait de Emir44
14/novembre/2008 - 10h43

Fais grève et demande un toit et de l'argent.. Et si tu n'en as pas assez, descends dans la rue, casse tout, tu es désespéré, tu as le droit.
Belles valeurs !!!
Un peu de paix, de tolérance et de respect dans ce monde de brutes... ça, ça me fait rêver !

Portrait de lfrc
14/novembre/2008 - 10h41

Mais vos dite la même chose, si dans grève, il y a rêve : pendant un rêve l'on ne fait rien, on imagine seulement faire la révolution, et lorsque l'on est réveillé, on va travailler

Portrait de Taewotaye
14/novembre/2008 - 10h29

Rien que le fait de lire votre 1ere phrase me dissuade d'aller plus loin!
Le droit de grève,c'est le droit de faire!
N'ayant pas votre belle prose je me contenterais de reprendre a mon compte cette citation "Dans grève, il y a rêve...".
Le rêve d'un monde meilleur ou du moins pas celui qu'ils rêvent pour nous!

Portrait de bonbeck
14/novembre/2008 - 10h15

tu parles comme un livre mais la réalité est toute autre !!!

Portrait de bonbeck
14/novembre/2008 - 10h14

c'est surtout au chef d'entreprise d'intervenir très vite et de dialoguer tout de suite plutôt que de laisser envenimer les choses et de demander des dommages et interets !

Portrait de Emir44
14/novembre/2008 - 10h13

Le droit de grève, c'est le droit de ne rien faire.
Il semble que certains en France, aient cru qu'ils avaient le droit d'empêcher les autres de travailler, de mettre en panne des machines, des réseaux, d'occuper des locaux qui ne sont pas toujours les leurs...
Ben non !
Y en a même qui exigent d'être payés pour reprendre le boulot.
Ben non !
Le Code du Travail n'est pas fait, a priori, pour protéger les "ouvriers", pour promouvoir la lutte des classes.
Il est fait pour établir la protection des intérêts des uns ET des autres, pour établir la balance des pouvoirs, pour apaiser les classes voire en supprimer l'intérêt partisan, chacun devant se sentir protégé, payé et compris.
Le Code du Travail n'est certes pas parfait en France, tant pour les uns que pour les autres. Mais il ne précise pas encore qu'un gréviste ait le droit d'éteindre le courant et d'interdire à quiconque de le rallumer. Le patron a le droit de nommer quelqu'un en remplacement pour le faire, c'est son problème et plus il y a de grévistes, plus il y a de problèmes... C'est comme ça qu'il doit finir par lâcher si tout le monde est en grève.

Portrait de bonbeck
14/novembre/2008 - 10h05

ben voyons....lagardère se croit où ??? au pays de oui oui ???? le droit de grève est permis dans notre pays et permet de se défendre et de se faire entendre !! et en plus, il se permet de demander des sous...il est au rmi ??? euhhhh je crois pas !!

Les plus vus