09/08/2011 20:05

Libye: L'Unesco dénonce une frappe de l'Otan contre une télévision

La directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, a déploré lundi le bombardement par l'Otan le 30 juillet à Tripoli d'émetteurs de télévision et la mort de trois employés, estimant que les médias ne devaient pas être pris pour cible, dans un communiqué.

"Je regrette le bombardement de l'Otan visant (la chaîne libyenne) Al-Jamahiriya et ses installations. Les médias ne doivent jamais être pris pour cible par des actions militaires", a déclaré Irina Bokova dans un communiqué.

Trois employés de la chaîne, qui émet en anglais, ont été tués dans ce bombardement, et 21 personnes blessées, selon le communiqué.

"La résolution 1738 du Conseil de sécurité de l'Onu condamne les actes de violence visant les journalistes et les employés des médias lors des situations de conflit", a-t-elle rappelé.

"La frappe de l'Otan contrevient également aux principes des Conventions de Genève qui précisent le statut civil des journalistes en temps de guerre, même s'ils sont engagés dans des activités de propagande", a souligné Mme Bokova.

L'Otan avait expliqué avoir mené une série de frappes de précision contre trois émetteurs de la télévision libyenne afin de "réduire le colonel Kadhafi au silence" et l'empêcher d'"intimider et inciter à mener des actes de violences contre sa population".

"Faire taire les médias n'est jamais une solution. Soutenir des médias indépendants et pluralistes est le seul moyen de permettre à la population de se forger sa propre opinion", a jugé la directrice générale de l'organisation de l'Onu chargée de mettre en oeuvre des programmes pour l'éducation, d'assurer la sauvegarde du patrimoine mondial ou d'agir en faveur de la liberté d'expression.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus