06/10/2008 13:41

Somalie: libération sous caution d'un journaliste

Un journaliste somalien, arrêté samedi dans la ville de Baïdoa (sud de la Somalie), a annoncé lundi avoir été libéré sous caution mais faire toujours l'objet d'une enquête. "Ils (policiers) m'ont libéré sous caution dimanche soir et ils m'ont dit que l'enquête contre moi allait se poursuivre pendant sept jours", a déclaré Ali Ilyas Abdullahi, journaliste à la radio Holy Koran à Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio), joint par l'AFP depuis la capitale.

"Ils m'ont pris mon téléphone portable en affirmant qu'il fallait qu'ils vérifient tous les messages et les numéros; mais je ne sais pas ce que j'ai fait de mal, ils m'ont arrêté alors que je faisais mon travail", a-t-il poursuivi.

M. Abdullahi avait été arrêté samedi alors qu'il rentrait à son bureau après avoir couvert l'attaque survenue la veille contre le domicile du président du Parlement à Baïdoa, ainsi que le meurtre par des hommes armés inconnus d'un agent de sécurité du gouvernement dans cette même ville. "Avant que je puisse publier mes reportages (à la radio), la police m'a arrêté", a expliqué le journaliste.

Vendredi, des insurgés avaient tiré au mortier contre le domicile du président du Parlement à Baïdoa, Adan Mohamed Nur, sans faire de victimes. Baïdoa, siège du Parlement de transition, située à 250 km au nord-ouest de la capitale Mogadiscio, est régulièrement la cible d'attaques des insurgés.

Après l'arrestation de M. Abdullahi, M. Nur avait accusé les médias locaux de prendre partie pour les insurgés islamistes. "Les médias locaux ne sont pas impartiaux. Ils prennent clairement partie pour l'opposition en favorisant leurs violences", avait-il affirmé lors d'une conférence de presse.

Les enlèvements de journalistes et de travailleurs humanitaires locaux et étrangers ont fortement augmenté ces derniers mois en Somalie, où le risque d'attaques, parfois meurtrières, et d'enlèvements par des hommes armés non identifiés est très élevé.

La Somalie, en guerre civile depuis 1991, a été le deuxième pays le plus dangereux après l'Irak pour les journalistes en 2007, rappelle le CPJ.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Hassene Lupin
6/octobre/2008 - 20h22

Enfin une vraie news
RSF on y va?

Portrait de titmangue
6/octobre/2008 - 16h12

Franchement j'ai même plus la forçe de m'insurger tellement c'est désolant !!!

Les plus vus