06/10/2008 10:56

Le pape lance un marathon biblique à la télévision italienne

Le pape a lancé dimanche soir dans une basilique de Rome la lecture publique intégrale de la Bible, un marathon télévisé de sept jours et sept nuits qui va accompagner un synode des évêques du monde entier sur le thème de "la parole de Dieu".

Contrairement aux centaines de personnalités et d'anonymes qui vont se relayer dans la basilique Ste Croix de Jérusalem à Rome pour lire un extrait de la Bible, la prestation de Benoît XVI a été enregistrée dans le palais apostolique du Vatican et projetée sur un écran géant à l'intérieur de l'édifice religieux noir de monde.

Le pape a lu les premières pages de la Genèse selon laquelle Dieu a créé le monde en six jours. La première chaîne de la télévision italienne RAI a diffusé sa lecture ainsi que les suivantes, dont celle du comédien et cinéaste Roberto Benigni qui a lu le récit du meurtre d'Abel par Caïn. La chaîne éducative de la RAI devait ensuite prendre le relais. Un envoyé du patriarche orthodoxe Alexis II a succédé immédiatement au pape, suivi par un protestant.

Des musulmans, des juifs doivent aussi participer à la lecture, mais pas le grand rabbin de Rome Riccardo Si Segni qui a trouvé l'initiative "trop catholique". Elle coïncide avec la première semaine d'un synode - assemblée consultative d'évêques - convoqué par le pape pour discuter de la diffusion de "la parole de Dieu", c'est-à-dire du message de la Bible à travers le monde.

Des hommes politiques, des artistes, des sportifs et des centaines d'anonymes se sont portés volontaires pour cette lecture entrecoupée d'intermèdes musicaux. En ouvrant le synode dimanche matin, Benoît XVI a prononcé un discours alarmiste sur la perte d'influence du christianisme en Europe.

La "mort de Dieu" proclamée par les sociétés sécularisées conduit à "l'arbitraire du pouvoir, aux intérêts égoïstes, à l'injustice, l'exploitation et la violence sous toutes ses formes", a-t-il déploré.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de raqvam
20/octobre/2008 - 14h24


Quelle contradiction :!:

Le fait que vous ayez une certaine haine viscérale envers l'église ne vous octroie pas le droit de ré-écrire l'histoire. :D

Donc soit vous faite exprès, en essayant de "troller" la discussion .. soit vous avez un sérieux problème ... :lol:

Portrait de lydinette
20/octobre/2008 - 10h36

Si votre définition de 'nazi' coïncide avec celle de 'allemand' ; alors nous n'avons décidément pas les mêmes

je ne fais pas d amalgame entre nazi et allemand ayant eu une arriere grand-mère Allemande.Je suis originaire d une région frontalière avec l Allemagne et j ai de merveilleux souvenirs d un sejour en Bavière.mais etant frontaliere je suis aussi issue d une famille qui a souffert de la guerre(je sais qu il y en a eu beaucoup d autres).Mais pour revenir au sujet qui nous interresse je pense que cet homme n a pas sa place à la tete d une eglise .De toute façon ça ne m empechera pas de dormir ayant fait une croix(

:twisted: ) sur la religion depuis plusieurs annees!tschüss.

Portrait de raqvam
16/octobre/2008 - 10h56


Tout comme la quasi totalité des jeunes allemands de l'époque (engagées de force) ...
Si votre définition de 'nazi' coïncide avec celle de 'allemand' ; alors nous n'avons décidément pas les mêmes

Nb : et quid de son refus d'entrer par la suite chez sans la Wehrmacht ? De sa désertion entrainent un 'séjour' en camps de prisonniers ?

Ps : mon athéisme n'est pas incompatible avec les véracités historiques ...

Portrait de lydinette
14/octobre/2008 - 19h20

eh oui il faisait parti des "jeunesses hitlerienne"

Portrait de raqvam
9/octobre/2008 - 17h45

Un nazi ??
Houla .. la on a affaire à un sérieux troll ...

Portrait de lydinette
7/octobre/2008 - 18h06

:evil: DIEU est tellement bon qu il a mis un nazi à la tete de son eglise.non mais arretez donc de croire à toute ces fables qui ont ete crees par des hommes au 1er millenaire afin de faire marcher droit un troupeau credule!votre vie c est vous qui en faites ce qu elle est et non une force soit disant divine.

Portrait de Jeanbonot
7/octobre/2008 - 10h17

"Dieu a créé le monde en six jours."
C'était l'époque bénie ou les RTT et autres congés maladie n'existaient pas !

Portrait de pollon
7/octobre/2008 - 08h24

les derniers soubresots de l'empereur palpatine avant la fin de l'empire:mrgreen: :mrgreen:
non mais sérieux, comment on peut croire à des anneries pareilles?

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 23h54

>> "C'est parce qu'il y a eu des femmes brillantes et intelligente comme Simone Veil entre autres que nous, les femmes nous existons au même titre que vous les hommes."
-> Sauf que y'en a des centaines de milliers (de femmes... et d'hommes aussi) qui n'existent pas car on leur a interdit d'exister... En effet, ils/elles n'ont jamais eu le droit de voir le jour (vive la discrimination anti-embryons, n'est-ce pas ?)... La charmante Simone leur a donné le coup de grâce avant même qu'ils voient le jour. C'est, en effet, une femme très brillante et intelligente. Une féministe dans toute sa splendeur. Et c'est ce genre de personnage qui procure l'admiration générale. On n'est plus à une bizarrerie près...

Voilà les véritables questions que les féministes devraient se poser, si elles cherchent réellement à devenir intelligentes et brillantes :
_ Quelle est la valeur d'une vie humaine ?
_ Peut-on marchander une vie humaine ?
_ Peut-on négocier une vie humaine ?
_ Est-ce à l'être humain de tuer un être humain ?
_ En quoi l'être humain peut-il décider de la vie ou de la mort d'un autre ?
_ Est-ce moral de supprimer une vie arbitrairement ?
_ Est-ce moral de supprimer une vie avant un délai choisi de manière arbitraire ?
_ Celui qui donne la mort aimerait-il qu'on la lui donne également, tout en qualifiant son existence n'ayant aucune valeur, sans même lui demander son avis, sans remord, sans pitié, et dans l'indifférence la plus totale ?
_ Quel mérite peut-on avoir lorsqu'on se révolte contre l'injustice alors qu'on commet soi-même l'injustice de supprimer une vie en développement ? Dans un pareil cas, en quoi ses idées de révoltes contre l'injustice auraient-elles alors de la valeur ? La parole d'une personne injuste vaut-elle quelque chose ?
_ En quel honneur la vie humaine aurait-elle de la valeur à partir de la 12eme semaine après fécondation et n'aurait-elle aucune valeur avant cette 12ème semaine ? Question qui tue : que se passe-t-il de spécial dans cette 12eme semaine précisément ? Au passage, juste histoire de réduire à néant toute excuse bidon, il faut savoir que l'embryon prend déjà forme humaine dès la 6eme semaine...
_ Si un embryon n'a aucune valeur dans les 12 premières semaines et que par conséquent on peut le supprimer arbitrairement à sa guise sans pitié et sans remord, alors comment cela se fait-il que cette vulgaire chose sans valeur devienne un bébé (ce que nous avons tous été !) au bout de 9 mois de développement ? Un bébé, un enfant, un adulte seraient-ils alors par conséquent seulement des choses sans valeur, qu'on peut donc légitimement supprimer de manière arbitraire ?
_ Comment peut-on être à la fois contre la peine de mort (des bébés, enfants, adultes) et pour l'avortement, sachant qu'un embryon de moins de 12 semaines, qui est pourtant considéré comme sans valeur, soit malgré tout vivant au point de devenir un bébé au bout de 9 mois ? Comment justifier cette incohérence ? En effet, si on considère qu'une chose ne vit pas et qu'elle ne vaut donc rien, c'est qu'elle est donc morte, et elle ne peut donc pas se développer. Or, si un bébé nait, c'est qu'il s'est développé, et qu'il existait bien avant sa naissance. Comment peut-on penser que la vie commence à la 12ème semaine et non au moment de la fécondation ? Les embryons ont-ils un don pour voyager dans le temps ? M'aurait-on caché ça ? Quand on refuse de nier la vérité, quitte à se sentir blessé dans son égo, on voit alors que l'avortement est une peine de mort. Autrement, c'est qu'on refuse la vérité qui est face à soi.

Donc voilà le genre de question qu'il faut se poser, car tout ceci remet en question la place et la valeur de l'être humain. Quand on est POUR la justice, on doit se battre POUR la justice. Le droit des femmes, pas de soucis. Mais si c'est pour répandre l'injustice, c'est pas intéressant.

Quoi qu'il en soit, c'est sur cette série de questions existentielles de la plus haute importance que devraient méditer les féministes, au lieu de chercher à combattre l'homme, à satisfaire et rassurer leur égo, et à répandre l'injustice, et à tout critiquer par plaisir de critiquer.

Les féministes : intelligentes et brillantes ? Alors qu'elles me donnent une réponse convaincante à TOUTES mes questions juste au-dessus, en prenant leur temps pour bien réfléchir, quitte à zapper pendant quelques jours la Star Academy ou autres choses futiles sans valeur. Mais bon, assurément, je n'aurai aucune réponse convaincante. Et pour cause... Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Les gens, au lieu de réfléchir sur le monde, sur l'humanité, sur ce qui est juste ou injuste, sur le sens de la vie, sur la place de l'être humain, etc préfèrent se nourrir de choses futiles sans valeur (Tapez 1, tapez 2, tapez 3 pour sauver Bidule). Les gens ne parviennent plus à réfléchir sur les choses réellement importantes. Et la faille est là : une fois qu'ils ne sont plus capable de faire du discernement, on peut alors leur faire accepter tout et n'importe quoi.

Plus bas, on a eu droit aux gens épouvantés par la vérité qu'ils préfèrent nier. Ils savent seulement insulter les gens d'inhumains (même quand c'est pas le cas) ou de cons, mais quand ces gens-là, qui insultent, estiment qu'un être humain (un embryon) en train de se développer dans l'utérus peut être supprimé sans remord et sans pitié, de manière totalement arbitraire, est-ce qu'on peut raisonnablement qualifier ces individus d'humains ? C'est incohérent. Le con désigné d'office est-il réellement le véritable con de l'histoire ?...

Lorsqu'une personne juge qu'un embryon ne vaut rien et que cette personne crache sur les anti-IVG, quelle est la valeur qu'on peut donner à ses paroles sachant que cette personne est elle-même passée par la case embryon qu'elle juge elle-même "sans valeur", avant qu'elle ne naisse ? Ses paroles ont-elles de la valeur si son existence a démarré sans valeur ?

Je vous laisse face à votre intelligence (si y'a, sinon dommage pour vous), et face à votre conscience.

>> "Vous pouvez me traiter de féministe. Même si je n'en suis pas une, je suis fière de me faire traiter de "Féministe" car je saurais que c'est pour vous, un poil à gratter."
-> J'ai traité personne. Chacun se reconnaitra ou non dans ce que je dis. Je préfère faire des généralités, ça a plus d'impact et c'est plus utile.

Portrait de youpi83
6/octobre/2008 - 21h58

:lol: :lol: :lol: :lol:

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 21h51

Les lois ont été faites par les hommes et pour les hommes.
Il n'y a qu'à voir la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. On parle de l'homme en général mais, même de manière spécifique, on ne cite la femme. Comme si elle n'existait pas.
Dans certains pays, le féminin n'existe pas.
C'est parce qu'il y a eu des femmes brillantes et intelligente comme Simone Veil entre autres que nous, les femmes nous existons au même titre que vous les hommes.
Vous pouvez me traiter de féministe. Même si je n'en suis pas une, je suis fière de me faire traiter de "Féministe" car je saurais que c'est pour vous, un poil à gratter.

:p

Portrait de youpi83
6/octobre/2008 - 21h50

t'es surtout con...très con :roll: :roll:

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 21h43

Désolé, mais le féminisme n'a apporté que des catastrophes. J'ai jamais dit que la femme n'avait le droit de rien faire, mais quand on fait un truc, on essaye de le faire de manière intelligente et juste. C'est pas en brandissant des pancartes "Je fais ce que je veux avec mon corps, quand je veux, où je veux" qu'on peut apporter du bon dans la société.

Une féministe ne cherche qu'à satisfaire son égo de femme, à chercher son intérêt, à vaincre l'homme (pour se venger d'une frustration vis-à-vis de l'homme ?), à vouloir être indépendante au sens négatif du terme (c'est-à-dire : la femme qui se suffit à elle-même et qui refuse la position de l'homme), à se rebeller contre la morale et contre l'ordre établi. En clair, le féminisme, c'est ni plus ni moins que du sexisme féminin déguisé approuvé par la société. Et ce genre d'extrémisme irréfléchi n'apporte rien de bon, que ce soit dans un sens ou dans l'autre.

On ne peut pas vaincre une injustice en en commettant une autre. C'est pourtant l'arme préférée des féministes.

Donc, je ne suis pas contre les femmes mais contre les féministes.

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 21h27

Une féministe est avant tout une femme qui sait de quoi elle parle mieux qu'un homme. Elle est mieux placée pour comprendre de quoi ont entre autres besoin les femmes.
A vous écouter, les femmes devraient rester à la maison, à coudre, à tricoter, à repasser le linge, à enfanter et à obéir à son mari.
Vous n'avez que 32 ans et vous donnez pourtant l'impression que des personnes de 60 ans sont plus modernes que vous !
:shock:

Portrait de youpi83
6/octobre/2008 - 21h26

je sais pas si tu es marié mais je plains ta femme ...:roll: :roll:

Portrait de Corinne75
6/octobre/2008 - 21h25

Vous avez raison, la star'ac c'est beaucoup plus intelligent.

Voilà où nous en sommes arrivés, la star academy est devenue la norme tandis que la lecture de la Bible fait de vous un fou.

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 21h22

>> "Ca serait quand même sympa que vous n'insultiez pas les femmes en insinuant qu'elles n'ont aucune logique."
-> J'ai parlé des féministes. Notamment celles qui bousillent le modèle familial et qui font voter tout et n'importe quoi par intérêt et par rébellion (par exemple, la célèbre Simone des années 70 et celles qui lui ressemblent encore aujourd'hui). Ce sont avant tout elles qui insultent la société, car elles renversent toutes les valeurs de morale. Raisonner par les sentiments, c'est catastrophique, car ça occulte toujours toute logique. Et y'en a encore un sacré paquet à notre époque. Les pires sont celles qui sont rattachées à la politique, car elles ont souvent le bras long... avant que catastrophe n'arrive. :mrgreen:

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 21h06

Sans rancune non plus. Vous aviez le droit d'exprimer votre avis. Ca serait quand même sympa que vous n'insultiez pas les femmes en insinuant qu'elles n'ont aucune logique.

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 20h41

Bon, j'avais dit que je ne répondrais plus mais...

>> "mais pro peine de mort"
-> Anti, j'ai dit ! T'as lu mes messages au moins, avant de raconter n'importe quoi ?

>> "Anti avortement au nom de la vie"
-> C'est donc toi le pro peine de mort, puisque tu es pour l'IVG. Moi, je suis contre. Alors si tu critiques ceux qui sont pour la peine de mort, tu n'es franchement plus crédible, puisque t'en fais partie... Moi pas. mdr
Moi, sinon, oui je suis fier d'être pour la vie. Faudrait que j'en aie honte ? Ben désolé, je n'aurai jamais honte des choses honorables. Mais apparemment c'est pas le cas de tous, hein.

>> "et surtout quelle bétise crasse"
-> Et toi qui mens, tu juges ça comment ?

>> "Toute la panoplie habituelle des catho d'ultra droite"
-> Et toi, toute la panoplie du parfait menteur qui jacasse pour rien dire d'intéressant.
De plus, tu ne sais manifestement pas lire, car je ne suis pas catho et je l'ai très clairement écrit.
Et désolé de te casser tes rêves, mais je n'ai jamais voté extrêmes et je ne voterai jamais extrêmes.
Quand on ne fait pas l'effort de lire, on ne répond pas.

>> "Irrécupérable."
-> Et les menteurs, récupérables ou non ?
Un menteur qui dit "irrécupérable" veut dire "récupérable" en fait. Tu savais pas ? C'est la loi du mensonge. :D

Les gens de mauvaise foi, ils peuvent retourner dans le bac à sable. Aucun débat possible avec des individus pareils qui détournent les phrases des autres afin de les provoquer gratuitement, et qui ne savent ni lire ni comprendre de toute manière.

>> "Y'aurait il un tavernier pour lui servir encore un verre ? "
-> Vu le nombre d'absurdités que je lis ici, il faudra plutôt faire une tournée de verres, mais sans moi. Je suis bien plus sobre que la plupart ici... ;)

Bonne soirée au menteur et sans rancune. :roll:

Portrait de Hassene Lupin
6/octobre/2008 - 20h27

Lais y a des gens qui lisent ces interventions genre TVM, on n'a pas que ça à faire,
en plus avecle coupe cllé on va étouffer

faut une longueur maximum, puisque'on le sait même là la taille ne compte pas:mrgreen:

Portrait de Hassene Lupin
6/octobre/2008 - 20h24

je lui deconseille le strip poker:o

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 19h48

Vos commentaires étaient pourtant pertinents...

Portrait de missgia
6/octobre/2008 - 19h19

il a pété les plombs ce mec

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 19h12

Débauche, féministes et bla bla bla :

Y'aurait il un tavernier pour lui servir encore un verre ?

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 18h47

Allez, juste un dernier message pour la route... Après, je me sauve, et vous pourrez continuer à cracher en meute sur le bon sens comme bon vous semble. Moi, j'ai fait ma part. lol

>> "Et sur les prêtres pédophiles, une idée TVM ? "
-> Comme tous les pédophiles : jugement, prison et amende. Je sais, ça casse... Dommage, hein ?

----

>> "tu est digne des plus tragiques heures de l'inquisition..."
-> Bien sûr, bien sûr... Moi, qui suis anti-peine de mort, ce sera TRES difficile pour moi d'être inquisiteur. Ca jacasse pour rien dire, comme d'hab... juste pour se faire bien voir. Si au moins, tu disais des choses cohérentes, ce serait déjà moins pire, mais là ça frise le ridicule...
En tout cas, si tu veux chopper les inquisiteurs, faudrait plutôt chercher (par exemple) du côté des pro-IVG (qui pullulent un peu partout)... Car quand ces inquisiteurs décident de manière arbitraire qu'un embryon de 11 semaine est légalement passible de mort, je vois pas pourquoi ils devraient faire exception après les 12 semaines légales (le mot légal me fera toujours rire en tout cas). S'ils jugent qu'un être humain n'a aucune valeur à 11 semaines, 6 jours et 23h59'59'' après la fécondation, alors en quel honneur devrait-il en avoir soudainement à 12 semaines (soit une seconde plus tard), ou à 1 an, à 10 ans ou à 100 ans ? Pourquoi est-on un méchant monstre meurtrier quand on supprime un embryon de 12 semaines alors qu'on est un gentil innocent blanchi quand on le supprime à 11 semaines et 6 jours. Totalement absurde, ces inquisiteurs de l'éthique ! Je sais, je sais.. insultez-moi, c'est mieux que de réfléchir. Car à part crier bêtement "ouh ouh c'est honteux ce que tu dis", ça continue à sonner creux dans les réponses. Je suis habitué. Ca jacasse, ça jacasse mais ça n'explique rien de cohérent et d'objectif.
Par contre, ceci ne m'expliquera toujours pas en quoi ces lois absurdes pondues par des féministes (loi sans aucune logique donc) sont cohérentes et justes.
Soit on est contre la peine de mort, soit on est pour. Pourquoi un embryon de 11 semaines n'a aucune valeur et un de 13 semaines a de la valeur ? Pourquoi peut-on tuer dans un cas, et pourquoi il est interdit de tuer dans l'autre ? Il se passe QUOI de spécial entre ces deux périodes ? Quelle société absurde ! Pourquoi avoir mis une telle limite (12 semaines) de manière TOTALEMENT arbitraire ? La vie ne commence pas 12 semaines après la fécondation, mais elle commence à la fécondation. Le reste, c'est du pipeau de féministe, visant à les satisfaire et à dresser le cerveau du peuple. Je sais, ça fâche, mais nier la vérité ne sert à rien, ça empirera seulement les choses.

Alors, pour l'histoire de l'inhumanité, tu m'excuseras, mais je te propose de chercher ailleurs, car y'a bien pire ici ! Finalement, qui est le plus inquisiteur ici ? L'anti-peine de mort que je suis ou les pro-IVG que sont 80% des gens ? Répète, car j'ai mal entendu.
Moi, au moins, je suis pour la vie. C'est pas le cas de tous, hein. :mrgreen:

------

>> "Les éléments qui se trouvent ont leur importance mais ce ne sont pas les points qui me font bondir. Donc, je me suis bien expliquée : Même si la façon dont une personne attrape le SIDA peut nous échapper (je veux dire, moralement), on ne peut pas dire à quelqu'un " tu l'as bien cherché ".
Ca reste inhumain de dire cela !"
-> Tu radotes mais tu m'expliques toujours pas en quoi c'est interdit de faire un constat. Si le malade ne voulait pas finir à l'hopital avec le SIDA, alors POURQUOI a-t-il fait en sorte de s'y retrouver ? C'est absurde. Désolé, je ne comprends que la logique. Et là, j'en trouve pas.
Et c'est quoi une chose "humaine" ? C'est quand on approuve tout de tout le monde ? Ou autre ? Quel rapport là encore ?
En outre, chercher le bon sens ne veut pas dire qu'on n'a aucune compassion. L'un n'empêche pas l'autre.
Bref. Le schmilblique n'a toujours pas avancé d'un millimètre.

>> "Et on s'en tape royalement (désolée du jeu de mot) de savoir si je suis de droite ou de gauche. Ca n'est pas un discours gauchiste"
-> C'en est un. Assurément. Mais chacun est bien sûr libre de préférer croire au mensonge.

>> "mais le discours d'une femme qui serait ravagée d'avoir des proches atteints de cette maladie."
-> Je vais radoter aussi : "Chercher le bon sens ne veut pas dire qu'on n'a aucune compassion. L'un n'empêche pas l'autre.".
Je ne te le souhaite pas, mais imagine qu'un de tes proches commette un crime un jour. Tu vas approuver et lui offrir des fleurs ? Ou tu sauras lui faire savoir que ce qu'il a fait est mal et que tu désapprouves totalement ? Et dans ce cas, ça t'empêchera pour autant de l'aimer et d'avoir de la compassion pour lui ? Désolé de casser tes rêves, mais je ne suis pas un monstre. J'ai certainement plus de coeur que les "humanistes laxistes" qui pullulent ici, car sinon je ne perdrais pas mon temps à dire aux gens ce qu'il risque de leur arriver en vivant dans la débauche.

>> "Le fait de proner l'abstinence, c'est son gagne pain : ok."
-> Moi, je t'explique ce qu'est le bon sens. Le gagne-pain du pape ou de la Rine d'Angleterre, je m'en fiche. Réponse sans queue ni tête encore une fois.

>> "dire que c'est bien fait pour les autres"
-> OK, j'ai enfin confirmation : je parle à un mur. Les phrases, il ne faut pas se contenter de les lire mais surtout de les comprendre et de les analyser, et de ne pas les traficoter.
Entre dire "bien fait pour leur gueule" et "vous avez choppé une maladie car vous l'avez cherché, à cause de la vie que vous avez mené, malgré tous les avertissements", y'a une différence de TAILLE.
Mais bon, les gens ne cherchent plus trop à comprendre les choses à notre époque, c'est bien dommage. C'est pour cette raison que la société n'arrive plus à communiquer : tout est déformé et les gens ne se prennent plus la peine de réfléchir. Y'a que les BUZZ qui tiennent.
Pas grave, c'est une habitude, notamment ici.

>> "Mais "condamner" celles et ceux qui ne veulent pas s'abstenir et dire que, hormis trois règles que vous citez, c'est bien fait pour les autres, je trouve ça minable."
-> Ce qui est minable, c'est de préférer foncer dans le panneau alors que la route est droite et qu'il n'y a de toute façon aucune raison de foncer dans le panneau, sauf si on recherche vraiment la merde...
C'est quoi l'intérêt de se débaucher et de risquer sa vie alors qu'on peut avoir MIEUX ?
Autre exemple. Si tu dis à ton gamin que s'il prend le briquet et qu'il l'allume sur la moquette, ça va cramer toute la maison, c'est une condamnation, à tes yeux ? Donc, faut pas lui dire, c'est ça ? C'est inhumain de lui dire qu'il risque de tout cramer et de mettre sa vie en danger ? C'est totalement irresponsable, moi je dis.
Et s'il crame finalement ta moquette malgré le fait que tu lui as dissuadé voire interdit de faire, et si je te dis ensuite "Je t'avais pourtant dit de ne pas laisser le briquet ici!", tu vas malgré tout me lyncher en me disant "Lamentable ! Ecoeurant ce que tu dis !" ?
Conseiller les gens, les dissuader de faire certaines choses ne doit pas être pris pour une condamnation ou autre, mais c'est justement pour les empêcher de finir dans la merde. Ce serait justement irresponsable de ne pas le faire ! C'est bien comme ça qu'on doit éduquer les gamin : des droits, des devoir et des interdits ! Mais ça, les gens ne veulent rien savoir. Car la mode aujourd'hui, c'est : "Eclatez-vous, baisez comme des lapins, faites-vous plaisir". La société ne veut pas avoir d'ordre à recevoir. L'esprit laxiste est déjà bien incrusté. Ben, en contre-partie, chacun doit assumer ses conneries dans ce cas. Faut pas taper sur les gens de bon sens, en tout cas. Y'a pas de bouc-émissaires qui tiennent. La vie n'est pas un jeu, même si beaucoup la considère comme tel. Quand on joue, on gagne ou on perd.
Il n'y a donc pas d'histoire de condamnation. Donc, dis pas n'importe quoi non plus, et réfléchis un peu. Laisser les gens faire n'importe quoi avec leur sexe, tu crois que c'est plus intelligent que les dissuader de se mettre en danger en couchant avec n'importe qui ?

C'est pas parce que c'est à la mode de s' "éclater", de picoler jusqu'au coma et baiser avec n'importe qui que c'est forcément une bonne chose.
De plus, mettre des capotes et des pilules du lendemain dans les lycées, c'est de l'incitation à la débauche. Le lycée, c'est pas censé être un baisodrome ou un club de rencontres mais un lieu où on est censé apprendre en vue d'un métier. Les lycées n'ont donc pas à mettre ce genre de trucs à disposition; c'est pas l'endroit adéquat et il n'est pas fait pour ça. Alors à quand un peep-show ou un vidéoclub X dans les lycées, tant qu'à faire ?
De plus, les parents sont légalement responsables de leurs gamins jusqu'à la majorité. Si les gamins veulent coucher à droite à gauche, c'est avant tout l'affaire des parents et non pas des infirmières de lycée. Et si une gamine de 15 ans tombe enceinte, c'est avant tout l'affaire des parents et ils DOIVENT ABSOLUMENT être au courant de ce que font leurs gamins, que ça plaise ou non à la minette. Ce sont eux les responsables. Ce sont eux qui ont été désignés pour éduquer. Et si le gamin fait le con, ils ont leur part de responsabilité et doivent donc être au courant.

Voilà pourquoi la société flanche. On démonte un à un les échelons qui permettent à la société d'avoir de l'ordre. Les gens rebelles (la propagande féministe de mai 68 : "je fais ce que je veux quand je veux blabla") ont toujours voulu tout massacrer.

>> "Je ne souhaite à personne de finir à l'hopital. Pas même vous. "
-> Raison de plus pour dire aux gens ce qu'ils risquent quand ils font n'importe quoi. On ne peut pas être contre la contamination par le SIDA et prôner le laxisme sexuel. Soit on est pour, soit on est contre. On peut pas être indécis et avoir le cul entre deux chaises. Si on refuse de voir les gens finir à l'hosto, faut alors les remettre dans le droit chemin. Après, s'ils veulent réellement finir avec le SIDA, c'est leur problème.

------

>> "Pour info 90% de ceux qui ont le sida l'ont pour des raisons de pauvreté. "
-> Encore un faux argument. Ce n'est pas une question de pauvreté ou de richesse, mais c'est simplement le résultat d'une sexualité débauchée : infidélité, polygamie, orgie, coucherie à droite à gauche, etc.
Un mec pauvre, fidèle, qui couche avec une femme (et une seule !) fidèle, et qui ne se pique pas les veines NE peut PAS avoir le SIDA. Le SIDA et l'argent n'ont rien à voir.
Côté argument, c'est autant absurde que disculper ceux qui crament les bagnoles dans les cités car (je cite) "ils s'ennuient, ils trouvent pas de boulot, blabla". Mince, y'a 15 millions de pyromanes alors en France... Faisons le plein d'extincteurs dans ce cas !

Pour régler un problème, il faut le régler à la racine, sinon autant ne rien faire. Si on cherche une solution en occultant les véritables problèmes, c'est vain.

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 16h44

Je ne souhaite à personne de finir à l'hopital. Pas même vous.

Portrait de lisasimpson
6/octobre/2008 - 16h43

J'ai trouvé inacceptable les éléments du paragraphes où vous dites, je cite " Tous les autres contaminés ont effectivement cherché la maladie. (...) Après, faut pas s'étonner d'attraper des maladies."

Les éléments qui se trouvent ont leur importance mais ce ne sont pas les points qui me font bondir. Donc, je me suis bien expliquée : Même si la façon dont une personne attrape le SIDA peut nous échapper (je veux dire, moralement), on ne peut pas dire à quelqu'un " tu l'as bien cherché ".
Ca reste inhumain de dire cela !
Et on s'en tape royalement (désolée du jeu de mot) de savoir si je suis de droite ou de gauche. Ca n'est pas un discours gauchiste mais le discours d'une femme qui serait ravagée d'avoir des proches atteints de cette maladie.
Le fait de proner l'abstinence, c'est son gagne pain : ok. Mais "condamner" celles et ceux qui ne veulent pas s'abstenir et dire que, hormis trois règles que vous citez, c'est bien fait pour les autres, je trouve ça minable.

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 16h32

>> "Un sot surtout, il devrait aller faire un tour dans un service de maladies infectieuses, il serait surpris de voir ceux "qui l'ont bien cherché" (sic)."

-> C'est surtout ton discours qui est sot. Quand on ne veut pas avoir le SIDA, on ne court pas après.

Moi, j'ai fait ma part des choses. Manifestement, la vérité gène, et ce n'est pas mon problème. Après, libre à chacun de continuer à faire n'importe quoi de sa vie. Après tout, c'est pas moi qui finira à l'hopital, hein... :roll:

Portrait de tvm
6/octobre/2008 - 16h22

-> "En trouvant vos propos inacceptables,"
>> Faudra justifier en quoi ils sont inacceptables, chose que vous n'avez pas fait. Vous avez fui mes questions.
Je ne vois toujours pas en quoi c'est écoeurant ou lamentable de dire qu'une personne a attrapé le SIDA après qu'elle ait eu un comportement à risque et qu'elle est responsable. Selon vous, on attrape le SIDA comme une grippe ? Ou alors on l'attrape par télépathie ?
Moi, je suis pas un chaud lapin qui saute tout ce qui bouge, je n'ai donc pas le SIDA. L'équation est simple. Il n'y a que les 3 exceptions que j'ai donné dans l'autre post qui peut justifier la personne : naître avec la maladie, la chopper ACCIDENTELLEMENT, ou bien avoir un conjoint infidèle et menteur. Dans le reste des cas, la personne est totalement responsable.

Faut arrêter un peu avec les discours gauchistes, car c'est rigolo 2min mais après c'est indigeste. C'est le même topo lorsque la gauche défend les délinquants qui grillent les voitures dans les cités. "C'est pas leur faute, c'est la faute de la société ou du chomage, patati patata."
Désolé de décevoir, mais c'est un discours totalement gauchiste. Ils utilisent exactement la même méthode pour appâter les gens : le sentimentalisme et l'aveuglement. C'est malsain, ça camoufle les vrais problèmes, et ça disculpe les coupables.
Je ne rentrerai donc pas dans ce jeu. Qu'une personne soit malade ou pas malade, ça ne JUSTIFIE en rien les conneries qu'elle a faites. Après, je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas la soigner. (Donc, pour l'histoire du médecin, on repassera, hein...) Je préfère préciser car les gens ont tendance à affabuler un peu par ici, faut toujours être prévoyant donc. mdr...

-> "Tu as répondu à nous deux donc je faisais une réponse "
>> Désolé de te décevoir : non.

Portrait de poildur
6/octobre/2008 - 16h13

Heu on a essayé de lui expliquer mais je crois que c'est un hérétique (terme qu'il peut comprendre);)

Les plus vus