23/07/2011 15:28

Japon: Ruée avant l'arrêt de la diffusion télé analogique

"Attention, plus que deux jours avant la fin de la diffusion TV analogique": le message mange le quart de l'écran, le téléspectateur nippon doit acheter un téléviseur numérique s'il veut continuer à regarder ses programmes favoris à compter du 24 juillet.

Hormis dans les trois préfectures sinistrées par le séisme et le tsunami du 11 mars, le signal de télévision analogique hertzienne sera définitivement coupé au Japon ce dimanche, comme prévu depuis des années.

L'effervescence est à son comble dans les empires de l'électronique de Tokyo où sont exposés quelque 300 modèles de TV numériques, à écran plat haute définition (HD), de marques japonaises essentiellement.

"Si vous souhaitez des renseignements, prenez d'abord un ticket", "désolé, mais des simples tuners numériques, il n'y en a plus", "excusez-nous, impossible de livrer ce modèle avant début août", les vendeurs sont assaillis et contraints de décevoir le client.

Tout au long de l'année 2010 et encore ces derniers mois, les TV se sont vendues comme des petits pains.

Quelque 26,5 millions de postes ont été écoulés l'an passé, soit le double du total écoulé en 2009. Un foyer nippon sur deux a acquis un nouveau téléviseur en 2010.

Quelque 11,4 millions de postes ont encore trouvé preneurs entre janvier et juin derniers.

Jusqu'à mars, les achats ont été dopés par un système étatique d'éco-points donnant droit à un à-valoir pour accélérer le remplacement des postes voraces en énergie et trop anciens.

De nombreux Japonais ont cependant attendu le dernier moment pour renouveler leur deuxième ou s'offrir leur troisième téléviseur en espérant profiter de tarifs encore meilleurs, compte tenu d'une concurrence phénoménale.

"T'as vu, celui-là, 22 pouces, pas cher", s'exclame une jeune femme dans le temple de l'électronique Bic Camera au coeur de Tokyo. "C'est un modèle coréen", rétorque sa camarade, avant de lorgner sur un appareil similaire mais plus cher de marque nippone.

Selon l'institut BCN de suivi des ventes, les tarifs des téléviseurs ont encore dévissé en moyenne de 10% en deux mois, une glissade infernale pour les industriels nippons, même si le secteur est habitué à une chute permanente des prix.

Les enregistreurs vidéo haut de gamme (Blu Ray) ont également trouvé nombre d'acheteurs, grâce à des prix en partie sacrifiés, les magnétoscopes analogiques et appareils d'enregistrement en format standard étant aussi obsolètes.

"Attention, beaucoup de modèles sont en rupture de stock", prévient un vendeur.

Le passage intégral à la diffusion numérique haute définition ne fait toutefois pas que des heureux.

Les téléspectateurs qui n'ont pas de gros moyens et ne se préoccupent pas trop de la qualité des images auraient volontiers conservé leur vieille petite lucarne.

L'Etat a toutefois pris diverses dispositions pour que les moins avertis ne découvrent pas le 24 au matin que leur petit écran ne veut plus rien montrer.

Des manifestations spéciales, avec un personnage mascotte, ont eu lieu sur les places publiques des villes et villages et les autorités ont dépêché dans les maisonnées âgées et isolées des techniciens pour informer leurs résidents de la nécessité de changer de TV et parfois d'antenne.

Plus de 1.500 guichets ont en outre été installés dans tout le pays, de même qu'un centre d'appel fonctionnant désormais 24 heures sur 24 avec des effectifs renforcés.

Le tout est complété par une "légion de secours" de 22.000 personnes pour les 290.000 foyers de "téléspectateurs en difficulté" fin juin.

Par ailleurs, des boîtiers récepteurs bon marché à brancher sur un téléviseur analogique ont été commercialisés et d'autres distribués gratuitement aux plus démunis.

Le renouvellement des postes cause aussi d'autres tracas, des malotrus se débarrassant de leurs anciennes télévisions sur les trottoirs ou dans les bois pour ne pas avoir à s'acquitter du coût de reprise des objets encombrants.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus