23/07/2011 11:51

Piratage: Le FMI pourrait "ne jamais connaître" les auteurs

Le Fonds monétaire international a affirmé vendredi qu'il pourrait ne jamais savoir qui sont les intrus qui ont pénétré fin mai dans son réseau informatique, alors que l'agence d'information financière Bloomberg citait deux enquêteurs mettant en cause des Chinois.

"Nous ne sommes pas prêts à pointer du doigt à ce stade. Nous pourrions aussi ne jamais connaître les auteurs de cette attaque informatique", a affirmé un porte-parole dans un communiqué envoyé à la presse.

Ce porte-parole disait réagir à un article de Bloomberg publié vendredi, qui cite deux personnes proches de l'enquête selon lesquelles "l'analyse de la méthode de piratage" et "la trace électronique laissé par les pirates" fait penser à une attaque venue de Chine.

Le FMI avait rendu publique cette attaque le 8 juin, indiquant que des documents avaient été téléchargés à son insu. Leur nature n'a jamais été précisée.

"Nos efforts pour évaluer les conséquences et l'ampleur de l'attaque se poursuivent", a indiqué le porte-parole du FMI.

La Chine a obtenu le 12 juillet la nomination d'un ancien dirigeant de sa banque centrale, Zhu Min, à un poste de directeur général adjoint nouvellement créé pour lui, alors même que le FMI et Pékin restent divisés sur des points essentiels.

Dans un rapport annuel sur l'économie chinoise publié mercredi, les économistes du Fonds ont estimé que la monnaie du pays, le yuan, était sous-évaluée de 3% à 23% par rapport aux monnaies de ses grands partenaires commerciaux, en fonction de la méthode de calcul choisie.

La Chine a indiqué qu'elle était "en désaccord" avec cette idée d'une sous-évaluation du yuan.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus