23/07/2011 11:42

Tensions au Figaro après la Une avec Hollande et Banon

Mardi dernier, Le FIgaro publiait à sa Une un photomontage de François Hollande et Tristane Banon, avec le titre "Affaire Banon-DSK: François Hollande va être entendu".

Selon le site de Libération, cette Une a quelque peu énervé le PS, et notamment le député André Vallini, pour qui il est «incompréhensible» de présenter «une audition normale, pour ne pas dire banale (...) comme un événement de première importance».

Nos confrères affirment que ce sentiment est partagé par la rédaction du Figaro lui-même.

«C'était totalement disproportionné, quasiment aussi gros que pour la mort de Ben Laden», lâche un journaliste dépité.

Si le quotidien est historiquement lié à une ligne de droite libérale, beaucoup déplorent aujourd'hui à la rédaction une dérive partisane de leur journal.

Ce même journaliste confie: «Il y a un gros sentiment de lassitude à la rédaction. Les angles sont un peu toujours les mêmes: on tape la gauche, et à droite on critique Borloo et Villepin».

Selon un de ses collègues, «les conversations sont récurrentes autour de la machine à café sur le traitement de ces affaires, la place qu'on leur donne. La phrase qui revient souvent, c'est : on ne va pas tenir un an comme ça. Mais au fond, c'est la résignation qui domine».

Un autre journaliste déclare au sujet de Etienne Mougeotte, le patron du quotidien: «C'est lui qui a la haute main sur la ligne du journal. On est dans une sorte dictature molle depuis quatre ans. Les gens en ont marre de se faire rembarrer, donc ils anticipent certains sujets qu'ils savent qu'il va demander. Et il ne faut pas être grand clerc pour voir qu'il y a une ligne directe entre lui et Serge Dassault».

Ce climat pesant est aussi alimenté par la fusion en cours entre les rédactions web et papier, rapportent nos confrères. En Interne, on explique: «Les unes tirées par les cheveux s'ajoutent aux craintes liées à cette fusion menée à marche forcée, personne ne sait à quelle sauce il va être mangé. Tout ça expose beaucoup le journal. Et ça nous fait un peu peur pour la présidentielle».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus