21/07/2011 13:21

DSK: Banon avait raconté son "agression" à un journaliste

Le journaliste Philippe Vandel, qui devrait être entendu prochainement dans l'enquête ouverte après la plainte déposée contre DSK par Tristane Banon, se souvient que cette dernière lui avait raconté en 2003 son "agression", a-t-il affirmé mardi à l'AFP. 

Le journaliste de France Info a expliqué avoir vu la plaignante qui lui avait indiqué avoir été victime d'"une agression deux ou trois semaines avant" de la part de Dominique Strauss-Kahn, avant de lui montrer sur son portable des messages qu'elle aurait reçus de ce dernier. 

"Je la revois en train de me montrer les SMS. Oui, je suis quasiment sûr qu'elle me les a montrés", a déclaré à l'AFP le journaliste, qui travaillait à VSD à l'époque.  Philippe Vandel, qui a précisé qu'il devait être entendu "fin août" par la police, se remémore également "des détails" que la jeune femme "secouée" lui aurait donnés. 

"Elle m'a dit qu'il lui avait arraché son soutif" et a ensuite décrit le lieu de rendez-vous dans ces termes: "ni un appartement ni un bureau, un endroit ni habité ni inhabité". 

Quelle était la tonalité de la conversation? "Entre le ton de la confidence et l'espoir que je fasse un article après", se souvient le journaliste. Après avoir relaté les faits, "elle m'a demandé +Est-ce que vous faites le sujet?+". 

Après avoir contacté son directeur de publication qui avait accepté de publier l'histoire si une plainte était déposée, Philippe Vandel avait reçu un nouvel appel de Tristane Banon faisant "machine arrière", expliquant qu'elle ne porterait finalement pas plainte. 

"Elle m'a dit +Les pressions sont telles sur moi ou mon entourage... C'est trop dur, il y a trop de coups à prendre, c'est trop difficile+", raconte le journaliste, se souvenant en particulier que cette dernière avait mentionné des pressions "sur quatre leviers: sur elle, sur son éditrice, sur sa maman et sur son avocate". Elle aurait alors évoqué "un coup de fil à l'éditrice de proches de DSK". 

"J'avais la sensation que personne n'osait faire le sujet (...) Peut-être a-t-elle appelé d'autres journaux auprès de qui elle a obtenu une fin de non recevoir et qu'elle s'est tournée vers moi?", a ajouté Philippe Vandel. 

Plusieurs proches de Tristane Banon ont été entendus récemment pour vérifier la crédibilité de ses accusations de tentative de viol contre DSK, les enquêteurs s'apprêtant par ailleurs à demander à des responsables socialistes, dont François Hollande, ce qu'ils connaissaient de l'affaire.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus