22/07/2011 17:27

Scandale des écoutes : Une 2ème tête tombe à Scotland Yard

La police britannique a annoncé lundi dans un communiqué la deuxième démission en 24 heures d'un haut responsable de Scotland Yard, John Yates, qui avait refusé de rouvrir l'enquête sur le scandale des écoutes téléphoniques en 2009. 

Le numéro un de Scotland Yard, Paul Stephenson, avait démissionné dimanche, et les appels se multipliaient depuis lors en faveur d'une démission de M. Yates. 

Une commission de Scotland Yard en charge des questions disciplinaires devait se réunir lundi pour évoquer le cas de M. Yates. Sa position était devenue "intenable" après la démission de Sir Paul dimanche, avait estimé un membre de cette commission, Christopher Boothman. 

Le chef de l'opposition travailliste Ed Miliband avait jugé qu'un "énorme nuage noir" pesait sur M. Yates et qu'"il devrait prendre ses responsabilités sur ce qu'il a fait". 

La révélation par la presse que Scotland Yard avait embauché comme consultant un ancien rédacteur en chef adjoint du News of the World, Neil Wallis, a déclenché la démission de Paul Stephenson.  Neil Wallis est resté onze mois conseiller à Scotland Yard, à partir de 2009, au moment précis où John Yates jugeait inutile de rouvrir le dossier des écoutes téléphoniques, clos en 2007 après une enquête bâclée et deux condamnations. 

John Yates avait en outre examiné le dossier de Neil Wallis avant son embauche. Ce dernier a été arrêté le 14 juillet, parmi dix personnes arrêtées dans le cadre du scandale. 

M. Yates a exprimé ses "regrets" pour sa décision de ne pas rouvrir l'enquête en 2009, devant une commission parlementaire mardi dernier, expliquant qu'il n'était pas en possession de tous les éléments à l'époque et que le tabloïde avait refusé de coopérer comme il l'aurait dû. 

Mais la commission a demandé à le réentendre mardi. Il doit s'expliquer sur sa décision de démissionner dans un communiqué lundi après midi.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus