20/07/2011 16:57

Condamné pour agression sexuel un sénateur PS démissionne

Le sénateur Jacques Mahéas, condamné par la justice pour agressions sexuelles, a démissionné du PS pendant son audition par la commission des conflits du parti, a indiqué à la presse le président de cette commission, Bernard Pignerol.

La commission des conflits n'a pas eu à trancher le cas du sénateur-maire de Neuilly-sur-Marne, celui-ci ayant annoncé en cours d'audition sa démission en lisant une lettre qu'il avait préparée, a indiqué M. Pignerol, devant la presse.

Condamné en juin 2008 en première instance à 4 mois d'emprisonnement avec sursis et 35.000 euros de dommages et intérêts, pour des agressions sexuelles sur une ex-employée municipale, il avait vu sa peine transformée en une amende de 10.000 euros. Sa condamnation est devenue définitive après le rejet, en mars 2010, de son pourvoi devant la Cour de cassation.

Il comparaissait devant la commission des conflits sur plainte du porte-parole du PS Benoît Hamon et de la secrétaire nationale aux droits des femmes Gaëlle Lenfant, qui réclamaient son exclusion.

"Pendant la première partie de l'audience, nous avons écouté Benoît Hamon, Gaëlle Lenfant et Jacques Mahéas, qui tous trois ont pu s'exprimer et donner leur point de vue", a indiqué M. Pignerol.

M. Mahéas a ensuite "exprimé une demande de renvoi à une date ultérieure" de la décision de la commission, qui l'a refusée. "A ce moment-là, il a sorti une lettre qu'il avait prérédigée annonçant qu'il démissionnait du PS", a-t-il relaté. "L'audience a été immédiatement suspendue", M. Mahéas n'étant de fait "plus membre du PS" et la commission a "décrété que l'affaire était close".

Le sénateur, membre du PS depuis 1974, avait toujours nié farouchement les faits, criant à "un complot politique" contre lui dans le contexte de l'affaire Strauss-Kahn. Il affirmait être attaqué en raison de son "soutien" à François Hollande, candidat à la primaire socialiste, dont il se dit "ami".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus