08/07/2011 20:25

Libre: Portrait d'Hervé Ghesquière, reporter de guerre !

Le journaliste de France 3 Hervé Ghesquière, en otage en Afghanistan depuis dix-huit mois et libéré mercredi, a couvert les principaux conflits de ces vingt dernières années, de l'ex-Yougoslavie au Rwanda en passant par l'Irak.

Né le 5 février 1963 à Lille, Hervé Ghesquière est titulaire d'une maîtrise de géographie et diplômé de l'école du journalisme de Marseille (1989).

Dès le début des années 1990, il opte pour le reportage de guerre en free-lance. De 1991 à 2000, il couvre la guerre en ex-Yougoslavie. Ses reportages et ses documentaires en Croatie, Bosnie, Kosovo, Serbie et Albanie sont diffusés en France sur les chaînes publiques France 2 et France 3 ("Des racines et des ailes") et privées TF1 et M6 ("Zone interdite"), ainsi qu'en Suisse (Télévision Suisse Romande) et en Belgique (Radio Télévision Belge). L'un des ses reportages sur Vukovar en Croatie a même servi au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie.

A partir de 1994, il couvre également les points de tension en Irlande du Nord, la guérilla des Khmers Rouge au Cambodge, le conflit entre le Maroc et les Sahraouis. Il se rend aussi au Rwanda, en Amérique du Sud et centrale, en Indonésie, au Vietnam et en Irak. Parallèlement, Hervé Ghesquière enseigne le journalisme à l'Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille.

Il donne aussi des cours en Ouzbékistan, au Tadjikistan, au Vietnam et au Cambodge. Il lui est arrivé de travailler pour des radios, notamment les françaises France Inter et France Info, ainsi que pour Radio Canada. Recruté en CDI à France 3 en 2005, il a réalisé ces dernières années des enquêtes sur les paradis fiscaux et les sidérurgistes de Gandrange pour le magazine d'investigation "Pièces à conviction", alors présenté par Elise Lucet. "C'est un reporter exemplaire qui n'aime pas rester à la surface et va au fond des choses.

Et il ne s'intéresse pas qu'aux sujets clinquants", confie  Yann Fossurier, président de la Société des journalistes (SDJ) de France 3, qui se souvient par exemple de reportages d'Hervé Ghesquière sur la jeunesse rurale pendant la campagne électorale de 2007.

Le journaliste blond, aux allures de Jack Bauer, le héros de "24 heures chrono", est "l'antithèse du chasseur de scoops", souligne le responsable de la SDJ, qui fut son voisin de bureau pendant plusieurs années.

Lorsqu'il a été enlevé en décembre 2009, avec Stéphane Taponier et trois accompagnateurs afghans à 60 km au nord-est de Kaboul, l'équipe réalisait un reportage pour l'émission "Pièces à conviction".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus