03/09/2006 00:45

Evénement lundi à la télé US

Evénement lundi à la télé US

Par Frédéric Masson

La journaliste dont on parle le plus aux États-Unis n'a pas présenté la moindre  information depuis le mois de mai. Pendant que ses concurrents se rendaient au Proche-Orient pour couvrir la dernière guerreisraélo-arabe, elle préparait sa rentrée à New York, qui aura lieu le 5 septembre, au lendemain de la fête du Travail.

Petite blonde au sourire éclatant, Katie Couric deviendra, ce jour-là, la première femme à présenter seule un grand journal du soir à la télévision aux États-Unis. Elle s'exécutera sur la chaîne CBS, où elle succédera à deux grands noms du journalisme américain,Walter Cronkite et Dan Rather.

En attendant, la journaliste de 49 ans se prête à une campagne publicitaire sans précédent. Dans les prochains jours, chaque autobus public de la ville de New York sera orné de son visage. CBS inondera pour sa part ses propres ondes de publicités vantant sa nouvelle vedette.

Cette offensive fera suite à une tournée dans six villes américaines, où Couric a préparé sa rentrée en se mettant à l'écoute de fidèles auditeurs du CBS Evening News. Cela s'ajoutera aussi aux nombreuses inerviews qu'elle a accordées à ses collègues, dont
ceux et celles qui présentent les journaux de 17 h ou de 18 h dans les 48 stations affiliées de CBS.

Il va sans dire que le mot "journaliste" ne traduit pas complètement l'essence de Katie Couric. Pendant 15 ans, la native de Washington a animé Today, l'émission matinale la plus populaire aux États-Unis, sur la chaîne NBC. Dans ce rôle, elle a interviewé les personnalités les plus importantes du monde et les plus humbles de son pays, devenant une star authentique.

Elle avait pourtant commencé sa carrière bien humblement dans un emploi d'assistante au bureau de la chaîne ABC à Washington en 1979. Embauchée par NBC comme correspondante au Pentagone en 1989, elle devait passer peu après à l'émission Today. À la fin, elle touchait 15 millions de dollars par année, salaire qui sera le sien à CBS.

Son succès repose en partie sur son sourire, qui a déjà été comparé à celui d'une majorette. S'il y a une épithète qui lui a longtemps collé à la peau, c'est perky (guillerette). De 7 h à 10 h du matin, Perky Katie ne manquait jamais d'entrain, sauf dans les moments sombres de sa vie.

En 1998, par exemple, les États-Unis ont pu suivre la colonoscopie de Couric en direct au Today. Le reportage suivait la mort de son mari, décédé d'un cancer du côlon à l'âge de 42 ans.

Quelques années plus tard, la mammographie télévisée de Katie Couric a également constitué une première journalistique.

Que réserve le grand journal de Katie Couric? La question intrigue tant les professeurs de journalisme que les lecteurs du magazine People. Certains craignent que Kouric contribue au déclin des journaux télévisés, d'autres espèrent qu'elle renouvellera la formule.

«Nous prendrons des risques et nous tenterons de nouvelles choses», a déclaré Couric le 14 août dans une téléconférence où elle a répondu aux questions des journalistes et des critiques de télévision.

Elle ne prendra cependant pas le risque de montrer ses jambes, comme elle le faisait au Today. Il faut dire que l'aspect physique de Katie Couric suscite déjà beaucoup de commentaires. Le Wall Street Journal a déjà publié un article sur ses choix vestimentaires, alors que le USA Today a interrogé des experts sur son maquillage.

Couric présentera donc les nouvelles derrière un bureau et non debout, comme le fait son rival de NBC, Brian Williams.

Elle innovera ailleurs, par exemple en donnant la parole à un citoyen ordinaire, à un universitaire ou à une célébrité durant 90 secondes.
 Elle dit vouloir aller au-delà des nouvelles de la journée, qui ont déjà été largement diffusées. Elle parle aussi de présenter des nouvelles qui ne soient pas uniquement négatives ou sombres.

Parviendra-t-elle à relever les cotes d'écoute du CBS Evening News, qui sont inférieures à celles des grands journaux de NBC et ABC? Si elle obtient du succès, son
style pourrait vite faire école, aux États-Unis comme ailleurs.

Aux États-Unis, les journaux des trois grandes chaînes attirent un public de plus en plus restreint et de plus en plus âgé.

Cela dit, leur audience, à 25 millions de téléspectateurs, demeure importante et les
publicitaires dépensent chaque année une fortune - 400 millions de dollars - pour l'atteindre.

Williams, 47 ans, est à la barre du journal de NBC depuis décembre 2005. Charles Gibson, 62 ans, a pris les rênes du journal d'ABC en mai. Disons qu'ils ont été plus modestes que Kouric à leurs débuts.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nico56
3/septembre/2006 - 00h41

Mort en dinant
Y aurait pas moyen de d'avancer le journal de 20h d'une heure ou 2. Ca me coupe l'appétit moi !

Portrait de AurelieUSA
2/septembre/2006 - 20h38

Katie...
J'adore Katie Couric!!! Elle manque beaucoup à la matinale de NBC, ici. J'ai vu son emission de départ et c'était vraiment touchant....
Moi, qui ne regarde jamais les journaux américains, je vais la regarder Mardi et sûrement le reste de la semaine.
C'est drôle quand même qu'en France, ce soit les minorités qui sont en premier plan avec l'arrivée de Roselmack, alors qu'ici ce qui fait sensation, c'est l'arrivée d'une femme à la présentation des journaux du soir.
La France a peu être du retard sur certaines choses, mais sur d'autres elle est vraiment en avance.

Les plus vus