09/05/2008 08:24

Les salariés du Monde en crise s'expliquent dans... Le Monde

L'intersyndicale (SNJ, CGT, CFDT) du Monde livre sa vision de la crise qui agite le groupe de presse depuis cinq semaines, sur une pleine page du quotidien daté de vendredi, dans laquelle elle évoque "la colère et la souffrance" des salariés.

Sur une page "Focus", qui lui fait pendant, les spécialistes des médias du journal du soir analysent la crise des quotidiens nationaux français et les pistes pour en sortir.

La direction du Monde avait accepté fin avril le principe de la publication d'une double page consacrée à la crise du quotidien, dont la moitié mise à la disposition des syndicats.

"Les salariés ont déjà payé pour une gestion inappropriée", écrit l'intersyndicale de la société éditrice du Monde, qui déplore que "la direction refuse de renoncer aux licenciements contraints".

"On ne sauve pas une entreprise contre son personnel (...) On ne peut prétendre négocier avec les syndicats sans entendre la souffrance et la colère dont ils sont porteurs", souligne l'intersyndicale.

De son côté, l'intersyndicale du pôle Magazines du groupe demande à la direction de faire preuve de "transparence".

Confrontée à une situation déficitaire et à un lourd endettement, la direction du Monde a présenté le 4 avril un plan de redressement prévoyant notamment 129 suppressions de postes au quotidien, par des départs volontaires mais aussi contraints.

Le plan prévoit aussi la vente de plusieurs entités du pôle magazine: Fleurus Presse (édition jeunesse), Les Cahiers du cinéma, Danser et les librairies La Procure.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de chouette03
9/mai/2008 - 23h05


mrede ils ont coupe ma ligne!
:mrgreen: :mrgreen:

Portrait de Churchill
9/mai/2008 - 22h30

D'abord, je remarque que la menace de la disparition d'un des plus grands quotidiens français ne suscite presque aucun commentaire... :(

Comment mieux traduire la crise de la presse française actuelle ?

Je ne lis plus Le Monde depuis près de quinze ans! (Et pourtant, je suis enseignant !)

Ce journal, pour moi, ressemble avec une exactitude presque effrayante à la mentalité française contemporaine :

Il donne des leçons de morale à tous, ne s'excuse ni ne se remet jamais en cause, se prétend "au-dessus" des autres journaux... quand il ne fait parfois pas mieux, ignore les réalités économiques de base, et surtout...

sait jusqu'où ne pas aller trop loin.

Il suffit d'avoir, ne serait-ce que brièvement, séjourné à l'étranger pour constater combien des journaux comme The Independent, Die Süddeutschezeitung, The International Herald Tribune, et tant d'autres ! :s sont plus efficaces, mieux conçus, mieux pensés, bref... plus utiles que Le Monde. :s

Ceci, bien entendu, ne voulant pas dire que je ne souhaite pas aux journalistes du Monde le meilleur pour la suite de leur carrière !

Portrait de sanya
9/mai/2008 - 13h04

Que le "Monde" ne disparaisse pas, voilà mon souhait.
J'espère que des solutions pas trop douloureuses (comment dire çà lorsque le chômage pour certains est l'une de ces solutions) sortiront de ces négociations.

Portrait de snut
9/mai/2008 - 10h16

il doit confondre avec "le monte"

Portrait de nikomimi
9/mai/2008 - 09h14

Un petit résumé en chanson

"Il parait que les nouvelles ne sont pas si bonne
Que le moral descend,que les forces t'abandonnent
J'entends tous les gens parlait de tes histoires
Que l'avenir qui t'attends se joue sur le fil du rasoir[...]
Allo le monde
Est-ce que tout va bien
Allo le monde
Je n'y comprends plus rien
Allo le monde
Prend soin de toi allo le monde
Ne te laisse pas allez,comme sa
Comme sa

Quel est le nom du mal dont tu subit la fiévre[...]
Dis moi ce que je peut faire de ma petite place
Quel sont les actes et les mots
Qui peuvent t'aider a faire faces
Pousser à la révolte
Ou faire le premier pas
Semé pour qu'ons récolte
Et cris le monde est froid[...]

"Pauline : Allo le monde"

Portrait de dpmat
9/mai/2008 - 08h43

Le commentaire de " goldorak " explique l'essentiel.
Je n'aime pas le Monde mais ne shouaite nullement sa mort.

Les plus vus